Accueil des réfugiés à Koekelberg - [Conseil Communal - Septembre 2015]     Print

Lors du Conseil de septembre, je répondais aux questions de Mme Josiane Cohen-Wellekens, Conseillère communale du Mouvement Réformateur, concernant la crise des réfugiés et les éventuelles répercussions que cela pourrait engendrer à Koekelberg. 

En effet, l’ensemble des médias évoquaient cette crise exceptionnelle depuis plusieurs semaines et les interrogations grandissaient au sein de la population. L’interpellation de Mme Cohen-Wellekens a donc été une occasion supplémentaire d’expliquer et de replacer les faits au centre du débat.

Il est important de rappeler que ce n’est pas parce que les médias ouvrent une majorité de leurs journaux d’informations sur cette situation qu’il faut croire qu’elle vient à l’instant de voir le jour. Cependant, il est une réalité que l’ampleur de ces flux de candidats réfugiés est, encore aujourd’hui, tout-à-fait exceptionnelle pour notre pays et pour l’Europe. Il faut pouvoir y faire face, dans la mesure des possibilités.

En septembre, nous recensions 76 candidats réfugiés et 151 réfugiés reconnus et enregistrés résidant dans à Koekelberg. Parmi les 76 candidats réfugiés, il faut savoir qu’il y a des dossiers qui datent de plusieurs années, simplement parce que des recours ont été introduits contre les décisions du CGRA et que la procédure est toujours en cours.

Il faut savoir que ce n’est pas au niveau communal que ces demandes sont gérées. Une circulaire fédérale à l’attention des Bourgmestres précise très complètement l’ensemble de la procédure ainsi que les périmètres de compétences et d’interventions possibles à assumer par les autorités locales dans le cadre de l’accueil administratif et social.

Faut-il rappeler que notre Koekelberg est la 2ème plus dense de la Région bruxelloise ? De taille modeste, le bâti est occupé et les infrastructures d’accueil potentielles sont très limitées. Cependant, Fedasil dispose de trois adresses dans la commune. Actuellement, toutes les places sont occupées.

Soyons clairs, la répartition d’hébergement par région et par commune n’est pas encore réalisée, nous sommes donc dans l’impossibilité de répondre à la question d’un accueil chiffré de candidats réfugiés supplémentaires à Koekelberg.

Je vous dirai enfin que l’accueil actuel des 227 réfugiés et candidats réfugiés sur le territoire communal est assumé avec responsabilité et humanité notamment par le CPAS pour les personnes ayant le statut de réfugiés (revenu d’intégration).

Dès le début de la crise, le CPAS a d’ailleurs pris contact avec le centre d’accueil de Woluwé-St-Pierre afin de lister avec eux les besoins actuels. Ces informations sont alors discutées dans le cadre de notre coordination sociale pour répondre au mieux aux besoins constatés.

En effet, cela me parait essentiel. Il est normal d’accueillir et de protéger ces personnes qui risquent effectivement la mort soit du fait de la guerre, soit du fait des actes criminels perpétrés par des groupes terroristes.

Par ailleurs, on peut, on doit aussi comprendre une certaine crainte de personnes, eux-mêmes déjà dans des difficultés sociales, mais disons-le, il est normal, simplement, de faire ce que nous aimerions que l’on fasse pour nous-mêmes si nous étions en train de fuir les persécutions et la mort pour soi, sa femme, son mari ou ses enfants.

Bien entendu, sans déséquilibrer le travail important mené au jour le jour par les travailleurs sociaux. Il est essentiel de ne pas confronter les difficultés de ces candidats réfugiés aux problèmes rencontrés ici chez nous, car il est cependant tout aussi essentiel de continuer à pouvoir assumer nos engagements sociaux au quotidien.

home

   Bienvenue
   Actualité
   Au quotidien
   Photos
   Videos
   Parcours
   Engagements
   Mon Equipe
   Un avis, une idée
   Mes liens
   Mes préférences
   Sur votre Smartphone

 

Webdesign prodiif.eu                       2012 © Philippe PIVIN