SOLIDARITE INTERGENERATIONNELLE     Print
Seuls 2,5% des plus de 55 ans retrouvent un travail. Il faut continuer à réduire les cotisations des travailleurs à partir de 54 ans et adapter structurellement la fonction des travailleurs âgés. Il faut supprimer intégralement les droits de succession sur le logement familial et réduire les tarifs de transmission. Garantir le financement des pensions futures en réalimentant le fonds de vieillissement n’est pas négociable. 

Les seniors sont une partie intégrante de notre société. D’ici 2050, notre pays comptera près de 2 millions de sexagénaires de plus et trois fois plus de personnes de plus de 80 ans. Leurs connaissances et leurs expériences sont autant de richesses qui doivent continuer à être valorisées pour le bien de tous. C’est un enjeu sociétal majeur !

Réduire les cotisations des travailleurs à partir de 54 ans c’est permettre aux entreprises de bénéficier de l’expertise de toute une vie de travail, de formation, d’apprentissage. La transmission du savoir est déterminante pour la pérennité d’une organisation. 

Il faut supprimer les limites de travail autorisé des pensionnés. Le MR demande la suppression pure et simple des limites de travail autorisé, sans soumettre celle-ci à une condition de carrière. Nous favorisons de la sorte l’activité des aînés qui souhaitent poursuivre une activité professionnelle après 65 ans, conformément aux recommandations de la Commission européenne.

• réformer les droits de donation et succession : Actuellement, les tarifs des droits de succession diffèrent selon que le défunt avait son domicile fiscal en Région wallonne, en Région de Bruxelles-Capitale ou en Région flamande. Ce système est porteur d’inégalités flagrantes. Nous voulons supprimer intégralement les droits de succession sur le logement familial entre époux ou entre cohabitants et appliquer des tarifs réduits lors de la transmission de l’immeuble aux enfants ou aux petits-enfants et simplifier le nombre de tranches et diminuer tous les tarifs.

• Garantir le paiement des pensions. Lancé en 2001 à l’initiative du MR, le Fonds de vieillissement, qui doit contribuer au financement des dépenses futures de pensions, dispose de près de 20 milliards €. A l’exception des intérêts « bons du Trésor-Fonds de vieillissement » dans lesquels le Fonds effectue ses placements, il n’a plus été alimenté depuis 2007 étant donné les difficultés budgétaires liées à la crise économique. Il n’est en effet alimenté qu’en cas d’excédent budgétaire. Il faut le réalimenter sans délai pour garantir pour garantir le financement sain des futures pensions. Sans reporter cette responsabilité sur la tête de nos enfants.

• Supprimer totalement la cotisation de solidarité qui revient à exiger que les pensionnés, qui ont déjà cotisé tout au long de leur vie active, cotisent une deuxième fois.

• Majorer les plafonds salariaux.

• Prise en compte des années d’études jusqu’à la prise de pension, par un versement volontaire de cotisations. 

• Prise en compte de toutes les journées de travail effectives dans le calcul de la pension.

• Généraliser le second pilier pour offrir la même protection à tous et renforcer le troisième pilier (épargne-pension).

 Retour au menu general de mes priorites 

 

home

   Bienvenue
   Actualité
   Au quotidien
   Photos
   Videos
   Parcours
   Engagements
  Mes priorités pour le 25 mai 2014
    FISCALITE
    EMPLOI et ENTREPRISES
    INDEPENDANTS et CLASSES MOYENNES
    SECURITE
    MOBILITE
    COMMUNAUTE METROPOLITAINE
    INTEGRATION et IMMIGRATION
    BONNE GOUVERNANCE
    PROTECTION DES FRANCOPHONES
  Koekelberg ma Commune
  Au Parlement
  Mes Thématiques
   Mon Equipe
   Un avis, une idée
   Mes liens
   Mes préférences
   Sur votre Smartphone

 

Webdesign prodiif.eu                       2012 © Philippe PIVIN