Le Gouvernement ne soutient plus le système "Télépolice"     Print

En Commission des Affaires intérieures du Parlement Bruxellois, le Député Philippe PIVIN a demandé au Ministre-Président Picqué les raisons pour lesquelles il ne veut pas soutenir le financement du système Télépolice, outil de protection et de prévention du petit commerce, du secteur Horeca et des professions à risque telles que le pharmacien.

 

 

Le porte-parole de Monsieur Picqué a indiqué dans la presse que : « Le système Télépolice n'est pas une priorité du gouvernement bruxellois ». Pourtant en 2000, ce système s'est généralisé dans les communes bruxelloises. C'était quelques mois après le meurtre d'un libraire bruxellois. Grâce à l'aide régionale, les commerçants de 15 communes bruxelloises ont bénéficié de ce système d'alarme directement relié aux services de police. Pour le Député Philippe PIVIN, « cette décision est stupéfiante. Le Gouvernement prévient les délinquants et les criminels qu'outre son immobilisme en la matière, il déforce les mesures de protection des Bruxellois ! Il est inadmissible de décider sans concertation avec les professions visées la fin du système Télépolice ».

 

 

Il ajoute : « Les derniers chiffres imposent pourtant le renforcement des moyens ! En effet, 272 attaques dans des petits commerces au premier semestre 2009, contre 449 pour toute l'année 2008 en Belgique, ont été recensées et Bruxelles se trouve dans le trio de tête. Alors que le secteur Horeca approuve ce système et que la FEDIS demande encore récemment des mesures pour que la police se rende sur place le plus rapidement possible, le Gouvernement bruxellois annonce aux criminels et délinquants que le système Télépolice n'est pas prioritaire et ne compte dès lors pas le soutenir financièrement ! ».

 

 

Pour Philippe PIVIN, « le système fonctionne, Koekelberg est d'ailleurs un exemple parmi d'autres, et doit être renforcé. Des propositions sont sur la table, ces modernisations sont, sans aucun doute, parfaitement réalisables ! ». Telles que la communication bidirectionnelle, une modification de l'ergonomie de l'appareil évitant des manipulations erronées, la mise en place d'une centrale de réception multiple des alarmes ou encore l'ajout d'un système vidéo complétant le système audio.

 

 

Le Député Philippe PIVIN, demande « par conséquent au Ministre-Président de revenir sur cette décision et lui propose de réunir, avant la fin de cette année, au niveau régional, les services de Police, les représentants des commerçants, du secteur Horeca et des métiers à risque ainsi que les autorités communales. Ceci afin de mettre concrètement en place une sécurisation spécifique de ces métiers bruxellois, d'assurer le système Télépolice et son renforcement, sur la base des témoignages et expériences des acteurs de terrain.»

 

 

 

 

 



A voir aussi:
    » Embouteillages bruxellois... Le Gouvernement réfute les études de TOMTOM et INRIX, et après ?
    » Télépolice Vision et sécurisation des commerces et indépendants - Après 4 ans d'interpellations... enfin le retour de l'aide financière

home

   Bienvenue
   Actualité
   Au quotidien
   Photos
   Videos
   Parcours
   Engagements
   Mon Equipe
   Un avis, une idée
   Mes liens
   Mes préférences
   Sur votre Smartphone

 

Webdesign prodiif.eu                       2012 © Philippe PIVIN